Comment agir ?

Ce n’est pas d’abord un problème cyber… C’est d’abord un problème d’éducation civique et citoyenne !

Que ce soit en tant que témoins, qu’acteurs ou que victimes, la manière la plus simple de lutter contre la haine et la discrimination en ligne, c’est d’en parler ! « Ce phénomène qui nous concerne tous doit en effet être rendu public dans un esprit de bienveillance générale et de solidarité citoyenne avec les victimes. (…) Et c’est sans aucun doute par le partage de connaissances et d’expériences qu’Internet pourra se réguler positivement. »

Agir en prévention
- sécuriser ses comptes et ses données en lignes
- gérer ses paramètres de confidentialités
- penser à se déconnecter de ses comptes après utilisation
- ne pas laisser son GSM sans surveillance
- ne pas faire confiance aveuglément (croire et tout et n’importe qui)
- faire preuve d’esprit critique

Certaines plateforme existent pour aider à une navigation plus sûre ou apporter de l’aide sur le sujet. C’est notamment le cas des sites Internet suivants :
•« Jeunes, je décides » propose des renseignements sur l’usage des NTIC
•Le site de la structure Infor Jeunes Laeken a mis en ligne une plateforme intitulée « Facebook, l’école, ma mère et moi » qui traite des sujets liés à la pratique du réseau social.

Avant de publier quoi que ce soit sur Internet : je m’interroge !

Comment je lis sur Internet ?
- Ai-je pris le temps de lire, voire relire, pour comprendre les informations qui me sont communiquées ?
- Ai-je vérifié la véracité des informations reçues ?

Comment j’écris sur Internet ?
- Quelle information ai-je envie de publier ou de partager sur Internet ? Le ferais-je de la même façon sur une place publique, « hors-ligne » ?
- Dois-je toujours privilégier la réponse instantanée ou puis-je répondre plus tard, en différé ?
- Avant de cliquer sur « Envoyer » ou « Publier », je vérifie : dans quel état émotionnel suis-je au moment où j’écris ? Serein, triste, heureux, en colère ? Comment me sentirais-je si je recevais ce message ?
- Comment réagirait ma famille, mes collègues, mon employeur, mes professeurs face aux informations que je m’apprête à publier ?
- Quel besoin se cache derrière ma volonté de mettre ma propre vie en scène sur la toile ?
- Critiquer, attaquer ou provoquer autrui sur Internet : est-ce une bonne manière de me mettre en valeur ?
- Quel est le caractère du médium, photo ou autre, que je m’apprête à publier ? Est-il privé, public ? Les personnes représentées sont-elles d’accord que j’expose ainsi leur image ? Comment réagirais-je à leur place ?

Un brin de philosophie… (« Les trois tamis de Socrate », apologue anonyme)
Un jour, quelqu’un vint voir Socrate et lui dit :
- Ecoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.
- As-tu contrôlé si ce que tu as à me dire est vrai ?
- Non ; je l’ai entendu raconter, et…
- Bien, bien. Ce que tu veux me dire, si ce n’est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ?
Hésitant, l’autre répondit : non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire…
- Hum, dit le Sage, voyons s’il est utile de me raconter ce que tu as à me dire…
- Utile ? Pas précisément ?
- Eh bien, dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier.

Extrait de la Brochure « Ce qui vous regarde », édité par Loupiote ASBL.